23 juillet 2015 4 23 /07 /juillet /2015 03:19

On se souvient peut-être de l'expérience menée pendant quelques semaines au cours de l'été 2012 par Réseau Mistral d'une ligne nouvelle de bateaux-bus : la ligne 38M. Elle avait été trop courte pour être évaluée à sa juste valeur, et l'opérateur de transports collectifs avait, à mon sens, un peu hâtivement conclu à l'insuccès, au vu du peu d'engouement des usagers, certes sur la base d'un déficit d'exploitation incontestable, mais s'expliquant par un essai trop bref, en une période de congés, une information a minima (prospectus ci-contre trop peu diffusé) et pas assez en amont du projet, un trajet probablement trop long, des horaires inadaptés, limités aux matins des week-ends, et des fréquences insuffisantes.

On se souvient peut-être aussi de l'annonce faite il y a cinq ans par l'agglomération TPM, autorité organisatrice des transports, de la création, à l'horizon de 2017, de cinq lignes maritimes supplémentaires, parmi lesquelles une ligne de cabotage autour de la Rade de Toulon. Si l'on peut entendre que, en 2010, les collectivités et intercommunalités n'étaient pas encore dans la situation de disette qu'on leur connaît aujourd'hui, rien n'interdit, à présent, comme nous le faisons tous, de hiérarchiser les priorités et de passer à l'acte pour engager la mise en œuvre des volets les plus utiles de cet objectif de développement.

 

RÉÉQUILIBRER LES TRANSPORTS EN FONCTION DES ÉVOLUTIONS DÉMOGRAPHIQUES

L'urgence est désormais là. On ne peut pas ignorer l'explosion démographique de La Seyne, seule commune parmi les douze du Grand Toulon à voir sa population croître fortement (plus de 10% entre 2006 et 2011, et ça n'a fait que s'accélérer depuis lors), tandis que quatre ont faiblement progressé, et que les sept autres, dont Hyères et Toulon, ont perdu des habitants. Il semble dès lors normal de revisiter l'offre de services publics, dont celle des transports en commun, pour la faire cadrer aux réalités des populations des territoires.

C'est d'autant plus important qu'un déséquilibre significatif existe déjà. Ainsi, à titre d'exemple, la très officielle Agence d'urbanisme de l'aire toulonnaise et du Var (AUDAT) a pointé que, sur deux territoires de même superficie et de même population, les quartiers du Mourillon à Toulon et de Mar-Vivo-Les Sablettes-Tamaris à La Seyne, l'offre de transports collectifs, en nombre de points de desserte et en fréquence, est trois fois moins importante à La Seyne qu'à Toulon. Si nul ne peut contester que la fonction de centralité urbaine de Toulon doit être prise en compte, chacun devrait tout de même convenir qu'un rééquilibrage de l'offre est plus que jamais nécessaire.

En outre, les réalités du développement économique et urbain de La Seyne, conjuguées à son organisation géographique, que j'aborderai dans un prochain billet, plaident pour une mise à plat d'autant plus urgente que le Plan de déplacements intercommunal est en cours de refonte.

Partager cet article

Publié par Marc Vuillemot - dans Mobilités et stationnements

Bienvenue !

Marc VUILLEMOT
Maire (PS) de La Seyne-sur-Mer
Vice-président de l'agglo de Toulon

Je vous souhaite une agréable visite.

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

VILLE & BANLIEUE

 

Lien vers le site de l'association

de maires que je préside

Cliquez sur la bannière.

 

La Seyne et le "Grand Toulon"

 

Les institutions publiques

où je suis élu...

Le site de la Ville de La Seyne

 

Le site du magazine municipal

 

Le site de l'agglomération TPM