15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 09:00

http://www.perfegal.fr/wp-content/uploads/2014/01/asso.jpgAprès l'immense succès de la douzième édition de "Faites des sports" le week-end précédent, ce samedi a vu plus de cent associations locales autres que sportives tenir des stands sur le Parc de la Navale et y proposer des animations à des milliers de nos concitoyens seynois et des alentours. Une première qui, manifestement, était attendue à La Seyne. J'ai profité du moment de l'inauguration, entre deux chants de nos chorales, pour dresser mon tableau de la réalité associative de chez nous, si forte et dynamique, mais aussi tellement fragilisée...

« Nous vivons un moment sympathique, convivial, mais je voudrais tout de même vous dire quelques mots de l’importance de ce moment. De son côté finalement un peu solennel. Pour plusieurs raisons...

« D’une part, on l’a assez dit et la communication du Forum le proclame : c’est une première à La Seyne. Vous l’attendiez, vous l’espériez, et… vous l’avez fait ! Nous l’avons fait. Car c’est une œuvre collective bien sûr, le public peut en juger par la qualité et la quantité des associations - et on a dû hélas renoncer à en accueillir certaines, mais ce n’est que partie remise.

 

UN CŒUR BATTANT DE NOTRE VIE COMMUNE

 « Une centaine d’associations, c’est un vrai succès pour cette première édition, qui, compte-tenu du contexte et du délai, a été tout même organisée tambour-battant.

« J’en profite pour exprimer au nom de tous, d’ailleurs, à Andrée Alberelli, responsable du service municipal de la vie associative et à Louis Correa, Conseiller municipal à qui j’ai confié cette délégation - et je ne le regrette pas ! -, à quel point je mesure, nous mesurons tous, l’exploit accompli, malgré les difficultés…

« Vraiment ce Forum leur doit beaucoup, même si, et j’y reviendrai, les autres services municipaux se sont mobilisés autour d’eux et si les associations ont largement joué le jeu.

« Une première donc, disais-je, mais la solennité du moment vient aussi d’un fait avéré : ce que les Seynois ont ici, aujourd’hui, à leur portée, c’est un véritable cœur battant de notre vie communale. De notre vie ensemble.

« Les associations nous rappellent que nous sommes encore et toujours des humains. Simplement. Que nous agissons pour telle ou telle cause, telle ou telle passion ou loisir, telle activité à pratiquer ensemble, quelquefois juste pour être ensemble, en dehors des cadres, indispensables eux-aussi bien sûr, à notre République… des cadres administratifs, et surtout en dehors de la sphère privée…

« Ici, dans ces temps et ces espaces associatifs, s’effacent les hiérarchies non souhaitées, le travail trop routinier ou à contrecœur… Et, oui, on le dit souvent, mais il faut le répéter : les associations travaillent au service de l'intérêt général et du bien commun…

« Mais pour être bien réel, le tableau souriant, l’énergie positive que je viens de décrire très rapidement, n’en sont pas moins dans une situation… disons-le mot : catastrophique.

 

UNE INQUIÉTUDE RÉELLE SUR LA PÉRENNITÉ DU SOUTIEN PUBLIC

 « Sur le plan des moyens publics, surtout. Les associations, d’ailleurs, pourraient être contraintes à terme, de se tourner entièrement vers le mécénat. Et loin de moi l’idée de diaboliser cette notion de mécénat privé. Bien au contraire ! Mais si l’apport n’était plus que celui-là, quels seraient au bout du compte les critères de cette aide, que deviendrait la notion même de République, que deviendrait notre chère Loi 1901, dont on oublie le sens et la lettre tant on l’emploie dans le langage commun ?...

« La situation est extrêmement grave et nécessite toute notre vigilance. L’Association des maires de France relève, d’ailleurs, que la dotation aux collectivités locales serait en baisse de près de 28 milliards d'euros ! Les villes en particulier - et nous sommes ici toutes et tous bien placés pour le savoir -, devront gérer un budget si resserré que la tentation est grande (ou le prétexte facile, dans certains cas) de répercuter largement les économies sur les compétences non obligatoires.

« Et ce qui s'annonce pour 2016 et 2017 est pire. Tout ceci est inquiétant, pour toutes les raisons que je viens d’évoquer sur l’importance de la vie associative. Mais aussi parce que le tissu associatif est un acteur de l’économie, de l’économie solidaire et sociale comme on dit, mais cela ne diminue en rien son impact. Le tissu associatif est pourvoyeur d'emplois, peu visibles le plus souvent, mais bien réels. Sachez que des estimations récentes nous apprennent que c’est à 200.000 emplois qu’il faut chiffrer les pertes possibles, en France au vu de la situation !

« A La Seyne, la situation de certaines associations, ayant carrément en charge un service public, une mission sociale de première importance, sont ainsi gravement menacées. Et cela touche tous les domaines, culture, loisir, sport, solidarité, insertion, prévention, environnement, santé… (...)"

 

Je mettrai en ligne dans un prochain article la suite de mon propos inaugural, abordant notamment la question de la coopération entre la commune et le monde associatif, et l'importance de l'engagement citoyen des bénévoles...

 

Partager cet article

Publié par Marc Vuillemot - dans Sports - loisirs - vie associative et convivialité

Bienvenue !

Marc VUILLEMOT
Maire (PS) de La Seyne-sur-Mer
Vice-président de l'agglo de Toulon

Je vous souhaite une agréable visite.

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

VILLE & BANLIEUE

 

Lien vers le site de l'association

de maires que je préside

Cliquez sur la bannière.

 

La Seyne et le "Grand Toulon"

 

Les institutions publiques

où je suis élu...

Le site de la Ville de La Seyne

 

Le site du magazine municipal

 

Le site de l'agglomération TPM