26 juin 2017 1 26 /06 /juin /2017 06:53

Après avoir échangé ce samedi avec des professeurs d'allemand, j'ai aussi reçu ce dimanche avec notre adjointe à l'éducation, Isabelle Renier, une représentation de familles de jeunes scolarisés au collège Jean-L'Herminier de notre quartier des Sablettes.

Je reviendrai dans un autre article sur le sujet de l'apprentissage de la langue allemande pour n'évoquer ici que celui de la prochaine rentrée scolaire pour les collégiens de nos quartiers sud, très préoccupant pour eux-mêmes et leurs parents.

Depuis la rentrée de septembre 2016, le collège Jean-L’Herminier est en effet en cours de restructuration et rénovation et les élèves sont accueillis dans les locaux de l'ancien collège Henri-Wallon dans la zone d'activités des Playes. Ce collège provisoire accueille cette année environ 560 élèves répartis en 23 classes (1).

 

POURQUOI REFUSER 100 COLLÉGIENS ALORS QU'IL Y LA PLACE ?

Pour la rentrée 2017, alors que les travaux de réhabilitation prendront fin en mars 2018 avec un nouveau collège d'une capacité d’accueil de 800 élèves, il est prévu, sans que quiconque puisse en donner la raison, de n'accueillir au collège Jean-L’Herminier que 460 élèves répartis en 18 classes (2), soit la perte d’une centaine d’élèves et de 5 classes par rapport à l’année scolaire qui s'achève.

C'est tout de même très étrange : l'ancien collège Henri-Wallon, où les jeunes commenceront leur année 2017-2018, aura-t-il à ce point rétréci au cours des vacances d'été ? ou n'ouvrira-t-on que la moitié des salles de classe de leur nouveau collège Jean-L'Herminier, qu'ils intègreront en mars prochain ?

 

UNE NOUVELLE SECTORISATION TOTALEMENT INCOHÉRENTE

Il y a plus étonnant encore. Pour diminuer les effectifs, on a réduit le secteur de scolarisation du collège Jean-L'Herminier et une partie des enfants dépendent désormais des zones des collèges Paul-Éluard et Marie-Curie situés en centre-ville, et même du collège Louis-Clément de la commune voisine de Saint-Mandrier, tous trois très éloignés des lieux d'habitation, obligeant les jeunes à se faire accompagner en voiture ou à emprunter les transports en commun, et pour certains en devant prendre une correspondance... devant le collège Jean-L'Herminier !

Bonjour l'incohérence, la perte de temps et la dégradation du bilan-carbone, surtout que certains d'entre eux, résidant à moins de 500 mètres du collège Jean-L'Herminier, pouvaient tout à fait s'y rendre à pied ou à vélo !

 

L'ÉDUCATION NATIONALE VA-T-ELLE RESTER INFLEXIBLE ?

Mais on n'est pas au bout de nos surprises ! Face à cette situation incroyable, et sachant bien qu'il y a la place matérielle pour accueillir leurs enfants au collège Henri-Wallon de septembre à mars, puis au nouveau collège Jean-L'Herminier pour la fin de l'année scolaire, des familles ont sollicité des dérogations.

Le Conseil départemental du Var, compréhensif, lors d’une entrevue avec les fédérations de parents d’élèves et les représentants syndicaux des enseignants, en janvier dernier, avait d'ailleurs affirmé que le plus grand nombre possible de dérogations serait accordé. D'autant que la plupart sont justifiées par le fait que des frères et sœurs seront scolarisés dans des collèges différents, ou par la proximité des résidences, ou encore pour pouvoir continuer l'apprentissage de l'allemand en première langue commencé à l'école primaire et qui n'est pas offert dans les autres collèges.

Et, au final... aucune dérogation n'a été accordée par l'Inspection académique !!!

 

DANS LE VAR, QUE FAIT-ON DE LA CHARTE DES DROITS DE L'ENFANT ?

Tout cela est ubuesque. Les familles rencontrées ont bien raison de me demander si ceux qui ont le pouvoir de décision, en l'occurrence les responsables de l'Éducation nationale, « auraient infligé ce traitement à leurs propres enfants ».

Et de rappeler la Charte internationale des droits de l'enfant qui, dans son article 3, stipule que « dans toutes les décisions qui concernent les enfants, qu'elles soient le fait des institutions publiques ou privées de protection sociale, des tribunaux, des autorités administratives ou des organes législatifs, l'intérêt supérieur de l'enfant doit être une considération primordiale. »

 

EXIGEONS LA RÉOUVERTURE DES CLASSES !

J'avais déjà appelé, ces jours derniers, le Département et l'Éducation nationale à se remettre autour de la table pour rechercher une solution, et la presse locale s'en était d'ailleurs fait l'écho (ci-contre, dans Var-matin du 24 juin).

À présent que les familles  et les enseignants m'ont apporté des précisions objectives, je ne peux que joindre ma voix à la leur.

Il n'y a aucune alternative. Il faut exiger, tout simplement, du ministre de l'Éducation nationale qu'il ordonne la réouverture des cinq classes fermées et la réaffectation des postes d'enseignants et autres personnels nécessaires au collège Jean-L'Herminier.

Je proposerai d'ailleurs, ce mardi, au conseil municipal, de voter une motion en ce sens.

 

______________________________________________

(1) : 4 classes de 6ème, 6 classes de 5ème, 6 classes de 4ème et 7 classes de 3ème

(2) : 4 classes de 6ème, 4 classes de 5ème, 5 classes de 4ème et 5 classes de 3ème

Partager cet article

Publié par Marc Vuillemot - dans Éducation - enfance - jeunesse

Bienvenue !

Marc VUILLEMOT
Maire (PS) de La Seyne-sur-Mer
Vice-président de l'agglo de Toulon

Je vous souhaite une agréable visite.

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

VILLE & BANLIEUE

 

Lien vers le site de l'association

de maires que je préside

Cliquez sur la bannière.

 

La Seyne et le "Grand Toulon"

 

Les institutions publiques

où je suis élu...

Le site de la Ville de La Seyne

 

Le site du magazine municipal

 

Le site de l'agglomération TPM