15 novembre 2016 2 15 /11 /novembre /2016 08:47

À la lecture du quotidien Var-matin, il semble qu'il aura échappé à sa journaliste un vote négatif émis par l'ensemble des élus seynois de gauche au Conseil communautaire de Toulon Provence Méditerranée (TPM) lors de la séance qui s'est tenue jeudi dernier, et non seulement trois d'entre eux, ainsi que c'est rapporté par ce journal. Il avait pourtant été remis à la presse un communiqué expliquant notre position unanime (PCF, PS, PRG, EELV) relative au financement du futur échangeur autoroutier d'Ollioules-Sanary.

Celui-ci, que je reproduis ci-dessous, expose en effet que, si nous sommes naturellement très favorables à la réalisation de cette infrastructure routière, il nous semble anormal que le groupe Vinci, dont l'opérateur Escota est une filiale, dès lors que la puissance publique participe largement à son financement, impose une tarification aux usagers.

N'oublions pas que, il y a à peine deux ans, la très officielle et indépendante Autorité de la Concurrence, saisie par la commission des finances de l'Assemblée nationale, avait conclu que « la rentabilité exceptionnelle des concessionnaires d'autoroutes est assimilable à une rente, qui doit être davantage régulée en faveur de l'État et des usagers. »

Il nous paraît dès lors logique que nous puissions exiger une contrepartie de gratuité pour nos concitoyens automobilistes.

 

LE COMMUNIQUÉ REMIS À LA PRESSE PRÉSENTE

« Le groupe des élus communautaires de la majorité municipale seynoise prend acte de la convention de cofinancement relative à la création de l'échangeur d'Ollioules-Sanary et du fait que TPM se porte cofinanceur à hauteur de 6.200.000 euros de fonds publics au côté de la Société ESCOTA.

« Si nous sommes bien conscients que l'aménagement de cet échangeur constituera pour tous une amélioration des déplacements sur ce secteur, nous ne pouvons accepter que cela se fasse aux détriments des usagers. Nous jugeons inconcevable et inacceptable la mise en place d'un péage les impactant à nouveau. En effet, comment cautionner que cette infrastructure ne soit pas gratuite alors qu'une partie de son financement est public ? N'est-ce pas hautement préjudiciable pour nos usagers ?

« En outre, une décision ministérielle a décrété l'utilité publique de ce projet formalisé par arrêté du Préfet du Var en date du 6 mars 2014.

« La décongestion du trafic ne pouvant être tarifée de la sorte aux usagers, les élus communautaires de la majorité municipale de La Seyne-sur-Mer refusent fermement de voter et créditer une telle délibération tant que la gratuité future de cet échangeur n’aura pas été clairement actée.

« Il paraît contradictoire de revendiquer d'un côté l'amélioration de la desserte des communes d'Ollioules et Sanary-sur-Mer et d'imposer une tarification supplémentaire aux usagers bénéficiaires d'une infrastructure financée en partie grâce aux deniers publics. »

Partager cet article

Publié par Marc Vuillemot - dans Mobilités et stationnements Var et intercommunalité

Bienvenue !

Marc VUILLEMOT
Maire (PS) de La Seyne-sur-Mer
Vice-président de l'agglo de Toulon

Je vous souhaite une agréable visite.

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

VILLE & BANLIEUE

 

Lien vers le site de l'association

de maires que je préside

Cliquez sur la bannière.

 

La Seyne et le "Grand Toulon"

 

Les institutions publiques

où je suis élu...

Le site de la Ville de La Seyne

 

Le site du magazine municipal

 

Le site de l'agglomération TPM