28 juin 2016 2 28 /06 /juin /2016 03:58

Ce dernier vendredi, c'était la « fête de la Navale » sur le site de nos anciens chantiers. Une fête, contraintes budgétaires obligent, qui n'a pas revêtu les beaux atours des années passées, mais qui a réuni à la fois des centaines d'écoliers ayant bénéficié des « classes de découverte "Navale" » que nous avons initiées il y a trois ans en partenariat avec l'Education nationale et les associations « d'anciens » des chantiers navals, et, justement, ceux qui ont travaillé dans notre site industriel jusqu'à la fin des années 1980, en présence de la population et de représentants de la communauté arménienne de la région, car, outre les remises de récompenses aux enfants, l'événement a été l'occasion d'inaugurer une nouvelle "borne" de notre parcours de mémoire de l'industrie navale sur notre parc urbain littoral.

Une borne dédiée, au travers notamment d'un Arménien immigré qui a travaillé ici avant de laisser sa vie dans la lutte contre le nazisme, Missak Manouchian, et d'un cadre d'industrie, Henri Veyssière, à la mémoire de la Résistance au sein de nos chantiers.

J'ai prononcé un discours à l'occasion de cette cérémonie poignante de convivialité entre les générations...

 

« Mesdames, Messieurs, Chers amis,

« Merci de votre invitation à cette cérémonie d'hommage, un hommage à ce qui, vous le savez, me tient particulièrement à coeur dans notre héritage historique : l'esprit de résistance, avec sa phase de combat sans concession, contre la haine, le racisme, la dictature, avec son volet non moins important de construction, ensemble, comme l'a fait le Conseil National de la Résistance, d'un avenir meilleur, plus juste, plus fraternel.

« Oui, vous avez bien raison, Missak Manouchian et Henri Veyssière, furent deux beaux symboles de cette période tragique et glorieuse de l'histoire de notre peuple, et particulièrement de l'histoire ouvrière, et particulièrement de l'histoire de la Navale à La Seyne.

« Et quel symbole, bien sûr, aussi, que ce jour : ce jour de fête des "classes de la navale", journée idéale pour marquer ce moment grave mais aussi joyeux et plein d'optimisme.

« Merci évidemment à vous, les associations d'anciens des chantiers, AMIANS ET CRCN, et au Parti communiste français, d'avoir donné à la Ville, en ce lieu, cette nouvelle borne au chemin de la mémoire du Parc de la Navale.

« Merci de cette action inlassable que vous menez, pour renouer les fils de nos héritages, pour transmettre cette mémoire vive aux jeunes générations.

« Merci, oui, car c'est bien cela le symbole de cette cérémonie à laquelle je suis heureux de participer à vos côtés. C'est celui de l'espoir, du courage, de la lutte… de la vie.

« Mouvements communistes comme les MOI-FTP de Manouchian, et mouvements gaullistes, ou venus d'autres horizons, la Résistance a été le creuset d'une union nationale, d'une union patriotique qui n'avait rien de sectaire, d'étriqué, et encore moins de xénophobe.

« Permettez-moi, avant de conclure, d'évoquer quelques mots, quelques termes, qui constituent à leur manière un pont bien réel et tangible entre le passé que nous évoquons, l'Histoire, et la vie d'aujourd'hui :

« La Résistance : oui, aujourd'hui encore, en Grèce, en Espagne, au Portugal, ici aussi, résistance à la fatalité d'une société inégalitaire qui voudrait écraser encore les plus démunis, et au-delà, toutes celles et tous ceux qui ne vivent que par leur travail, avec à l'opposé, une infime minorité accaparant pouvoirs et richesses.

« La lutte : oui, les mouvement populaires actuels de mobilisation montrent qu'il ne faut jamais rien lâcher contre des politiques d'austérité et de recul social. Une réponse bien naturelle, et indispensable, à ceux qui tentent de nous faire croire qu'une société déréglementée pourrait représenter un quelconque avenir !

« La fraternité : oui, le sigle "M.O.I". qu'arbore fièrement le groupe Manouchian, le groupe de la terrible "Affiche rouge" placardée partout par les nazis pour agiter la peur et la haine, signifie, vous l'avez rappelé, "Main d'oeuvre immigrée". Là encore, l'élan de fraternité et de combat, pour que cesse ce rejet d'une partie de l'humanité - "une part de notre humanité", devrais-je préciser -, partie de l'humanité que nos sociétés ont elles-mêmes contribué à jeter dans la misère, la guerre, le désespoir, la dictature et l'obscurantisme…

« La République : oui, incarnée dans ce qu'elle a de meilleur, par ce poète français, étranger d'origine, Arménien, notre compatriote, passé par nos chantiers navals, ou la République incarnée par ce cadre d'industrie courageux… la République que nous aimons, représentée par toutes ces forces productives d'humanité dont vous êtes, vous aussi, aujourd'hui et ici, de vrais et tellement actifs représentants.

« Merci à vous de cette initiative, merci à celles et ceux qui sont là pour cet événement, les enfants et les adultes qui les entourent, merci de tout ce vous faites et ce que vous avez fait pour cette ville qui, à travers vous, honore ceux qui sont tombés au combat pour l'indépendance de notre pays, la liberté, l'égalité et la fraternité.

« Vive la République ! Vive la France ! Vive La Seyne ! Vive vous ! »

 

Partager cet article

Publié par Marc Vuillemot - dans Mémoire et patrimoine seynois

Bienvenue !

Marc VUILLEMOT
Maire (PS) de La Seyne-sur-Mer
Vice-président de l'agglo de Toulon

Je vous souhaite une agréable visite.

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

VILLE & BANLIEUE

 

Lien vers le site de l'association

de maires que je préside

Cliquez sur la bannière.

 

La Seyne et le "Grand Toulon"

 

Les institutions publiques

où je suis élu...

Le site de la Ville de La Seyne

 

Le site du magazine municipal

 

Le site de l'agglomération TPM