/ / /

 

LA SÉCURITÉ PUBLIQUE : DES SUCCÈS... ET DE COMBATS À POURSUIVRE

 

Nous n'avons jamais eu de cesse d'engager des bras de fer et soutenir des initiatives syndicales ou populaires pour la défense de tous les services publics, chaque fois qu'ils ont subi chez nous les coups de boutoir des politiques nationales et européennes. Il ne se passe ainsi pas une année sans que nous ne soyons conduits à défendre le maintien ou la nécessité d'ouverture de classes d'établissements scolaires publics, et, aux côtés des syndicats de l'Éducation nationale et organisations de parents d'élèves, nous parvenons assez souvent à retenir l'attention bienveillante des autorités académiques.

 

Au nombre des succès également enregistrés, même si nous ne baissons pas les bras et entendons bien obtenir plus que ce qui a été accordé, ont aussi été évoquées plus haut les actions que nous avons menées pour le renforcement des moyens de la police nationale, rappelant que « la protection est un droit absolu, c’est la première obligation de l’État, c’est la première demande des citoyens ».

 

Certains prétendants à la fonction de maire se réveillent fin 2019 pour clamer sur leurs affiches électorales « Ma priorité : la sécurité ! ». Deux ans auparavant, déjà mobilisés depuis des mois contre la criminalité naissante du narcotrafic, nous revendiquions quant à nous dans un dossier dédié du magazine municipal Le Seynois« La sécurité ? une priorité ! ». Nous pourrions réclamer des droits d'auteur ou hurler au plagiat, mais le plus important est que nous avons pris au sérieux depuis des années cet enjeu majeur du vivre ensemble tandis que d'autres semblaient se frotter les mains de l'évolution funeste d'une partie de la délinquance que connait notre métropole.

 

Dès que nous avons ressenti les prémices du développement de la criminalité découlant du trafic de drogue, nous avons évalué les moyens de prévention et de réponse. Et nous avons vite mesuré l'impact désolant de ce que nous avons appelé « les trois 10 »: en 10 ans, notre population avait crû de 10 % et les effectifs opérationnels de notre commissariat avaient... diminué de 10 % ! Et c'est notre action revendicative pressante et persévérante auprès de l'État, au plus haut niveau, puisque nous avons obtenu de plaider cette cause auprès des Premiers ministres et ministres de l'Intérieur successifs, qui a permis d'obtenir la création d'une zone de sécurité prioritaire, l'affectation d'une vingtaine de policiers nationaux avec la création d'une brigade spécialisée de terrain, la reconnaissance de nos quartiers fragiles comme quartiers de reconquête républicaine (QRR), d'où a découlé l'affectation supplémentaire d'une nouvelle vingtaine de policiers aguerris pour les forces d'intervention, plus quelques-uns pour conforter le travail d'élucidation mené par la police judiciaire.

 

Conscients de l'ampleur géographique du problème et du fait que, sans action territoriale large, les effets positifs d'interventions policières strictement locales auraient été annihilés par le remplacement des délinquants seynois empêchés ou interpellés par d'autres venus du voisinage, nous avons porté nos réclamations exigeantes pour La Seyne, mais également pour les trois autres communes de la métropole où le phénomène se manifestait.

 

Il serait mensonger de ne pas reconnaître nos efforts pour partie couronnés de succès, d'autant que l'obtention de ces moyens d'État ont été confortés par notre décision d'augmenter de neuf postes les effectifs de notre police municipale, par la signature avec le préfet d'une convention de coordination des polices municipale et nationale, levier considérable pour combiner et rendre ainsi plus performantes les forces sur le terrain, une adaptation des patrouilles aux horaires utiles à la sécurité des commerçants qui sont souvent les victimes de première ligne, le doublement d’équipes le week-end, des moyens financiers pour rendre plus efficace l'utilisation de la vidéosurveillance à des fins de prévention et d'élucidation, qui permet de rassurer nos concitoyens, le remplacement des armements de nos agents par des outils plus modernes, la préparation de la mise en service de caméras-piétons pour laquelle nous sont prêts dès lors que les textes règlementaires seront publiés, la signature d'un contrat local de sécurité (CLS) couvrant tous les domaines : tranquillité publique, sécurité routière, justice de proximité, cellules de prévention des addictions, prévention et traitement des violences intraconjugales, prévention de la radicalisation, exercice du pouvoir de « rappel à l’ordre » du maire, avec une cellule regroupant la Ville, l’Education nationale, la Police et la Justice, qui reçoit solennellement à la mairie les jeunes en danger de rupture scolaire, avec leurs parents, et connaît un taux de réussite proche des 100 %, et plus généralement toutes les préventions que les spécialistes appellent « primaires », coordonnées par notre conseil communal de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD) reconnu par le ministère de la Justice comme le plus actif du département du Var, d'autant qu'il conduit aussi des dispositifs d'aide aux victimes, de réinsertion comme l'accueil de détenus en fin de peine pour des chantiers forestiers, et de réparation pénale, La Seyne étant la seule commune varoise offrant la possibilité d'effectuer dans ses services des travaux d'intérêt général (TIG )imposés par un juge d'application des peines et suivis par le service pénitentiaire d'insertion et de probation (SPIP). Autant de sujets sur lesquels nous reviendrons plus loin, dans un chapitre dédié à la police municipale...

 

Ce n'est peut-être pas pour rien que c'est la commune de La Seyne qui est désormais choisie par les autorités pour accueillir le « Forum des métiers de la sécurité et de la défense », qui propose des informations sur l’emploi, le fonctionnement et le recrutement au sein des forces armées et de sécurité auprès de la population, tout comme la journée départementale des « Rencontres de la sécurité » organisées officiellement par chaque préfecture du pays, qui permettent d’aller à la rencontre des policiers, des gendarmes, des pompiers, des personnels de la sécurité civile et des préfectures et de découvrir leurs métiers grâce à la visite de stands et à des démonstrations (identité judiciaire, maîtres-chiens, plongeurs, sauveteurs,...), s’inscrivant dans le mouvement de rapprochement des forces de sécurité avec la population et contribuant au renforcement du lien de confiance, basé sur l’écoute et l’échange.

 

Et ce n'est peut-être pas pour rien, non plus, que c'est notre commune qui a été retenue en 2018 pour accueillir l'étape thématique nationale sur les questions de prévention, de sécurité et de tranquillité publique du « Tour de France des solutions », un rendez-vous de plusieurs centaines de représentants de l'État, de collectivités locales, d'acteurs économiques et associatifs, organisé en réponse à l'appel lancé par le président de la République et le gouvernement à rédiger les « cahiers de la co-construction » d'une « nouvelle saison » de la rénovation urbaine et de l'action nationale en faveur des habitants des quartiers prioritaires, à partir des expériences locales initiées, expérimentées, réussies et transférables... en matière de prévention mais aussi en ce qui concerne « la répression ».

 

Le mot a souvent choqué, à gauche… mais c’est une idée reçue : ce qui a tendance à choquer, profondément, c’est plutôt l’absence de règles ou de respect des règles, c’est le laisser-faire, le laisser-aller, bref, le recul de la République dans notre vie quotidienne. Lorsqu’il s’agit de faire respecter la loi républicaine, que serait la prévention s’il n’y avait jamais sanction ? C’est un tout, indissociable, auquel nous travaillons, sans relâche, avec les pouvoirs publics, la police nationale et la justice, auxquelles l'État régalien doit assurer les moyens de leur action. Et nous nous sommes engagés avec détermination et avec ténacité pour le lui rappeler, voire l'exiger.

 

 

Poursuivez votre lecture...

 

> LA MATERNITÉ DE LA SEYNE : UN COMBAT PERDU, MAIS MENÉ

> LA SÉCURITÉ PUBLIQUE : DES SUCCÈS... ET DES COMBATS À POURSUIVRE

> LES FINANCES PUBLIQUES : DES ANNONCES POSITIVES OBTENUES

> LE GUICHET DE LA GARE SNCF : L'HUMAIN INDISPENSABLE

> LE SERVICE POSTAL ET BANCAIRE : NOS PLAIDOIRIES ENTENDUES

> D'AUTRES SERVICES D'ÉTAT OBJETS DE VEILLE ACTIVE

> DE LA RESTAURATION COLLECTIVE AUX FEUX D'ARTIFICE, RETOURS EN RÉGIE PUBLIQUE

> UN SYMBOLE : LE STATIONNEMENT REMUNICIPALISÉ

> LA FIN DE TROIS DÉCENNIES DE GESTION PRIVÉE ET COÛTEUSE DE L'EAU POTABLE

> LE CHOIX DU PUBLIC S'IL EST TECHNIQUEMENT POSSIBLE ET À MOINDRE COÛT

> OBLIGATIONS REMPLIES EN MATIÈRE DE LOI SUR LES CULTES

> LE CASINO DE JEUX : LE SERVICE PUBLIC PRODUCTIF DE RESSOURCES

> LE SERVICE PUBLIC MODERNISÉ ET ACCESSIBLE À TOUS

 

 

ou... RETOUR À L'INTRODUCTION DU THÈME "SERVICE PUBLIC"

ou... RETOUR AU CHOIX DE THÈME

ou... RETOUR À L'ACCUEIL DU BLOG

Partager cette page

Publié par Marc Vuillemot

Bienvenue !

 

Marc VUILLEMOT

Je vous souhaite une agréable visite.

 

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

12 ANS POUR & AVEC LES SEYNOIS

NOTRE BILAN 2008-2020

CLIQUEZ SUR L'IMAGE

 

 

Mes engagements

 

CLIQUEZ SUR LA BANNIÈRE
LA CHAINE YOUTUBE DE GRS
LA PAGE FB DE GRS-Var