24 décembre 2015 4 24 /12 /décembre /2015 16:48

Ils ont osé. Osé faire comme Pétain. Envisager de permettre d'user d'une mesure d'exception qui ne s'est justifiée (façon de parler !) qu'en situation d'exception, par exemple une fois que la République avait été mise à genoux par les nazis et les fascistes.

Quand De Gaulle a été déchu de la nationalité française par le Maréchal et ses sbires qui ont appelé à la collaboration (photo du Journal officiel ci-contre), le pays était écrasé sous la botte de l'ennemi national-socialiste. Ce qui ne justifie rien, mais ça peut, à la rigueur, expliquer.

Or on n'en est pas là. Heureusement. Nos forces de police, de gendarmerie, notre justice, font plus que leur travail pour prévenir et terrasser les fous qui s'attaquent aveuglément à notre Nation et à ses fils.

Nos soldats, et notamment - ayons une pensée pour eux ce soir de Noël - nos marins qui ont notre rade mandréo-seyno-toulonnaise comme port d'attache, agissent au plus près des repaires du Moyen-Orient d'où fusent les appels à la haine universelle, pour contribuer, avec d'autres militaires de divers pays, à faire fléchir les malheureux êtres qui ont sombré dans un intégrisme les conduisant à d'effroyables actes barbares.

Nos travailleurs sociaux, éducateurs, enseignants, animateurs, volontaires associatifs du sport, de la culture et de l'action socio-éducative, simples braves gens éclairés, redoublent d'efforts pour éveiller les consciences et prévenir les enrôlements, notamment de nos jeunes, dans la folle spirale du crime contre les citoyens du Monde et leurs valeurs de paix, de laïcité et de tolérance.

Et, tandis que tous les gens de bon sens républicain font tout pour faire vivre les valeurs qui fondent notre contrat national depuis plus de deux cents ans, hormis les épisodes impérialistes ou collaborationnistes, voilà que, pour faire reculer les ennemis de l'Humanisme, on use de honteuses recettes que même l'état d'urgence constitutionnel n'avait pas prévues.

Déchoir de la nationalité française les terroristes criminels, ça ne changera rien à leur folle détermination. En revanche, ouvrir cette porte, c'est leur donner raison, à eux comme à leurs alliés objectifs qui haïssent l'état de droit : ils se frotteront les mains, ils auront fait fléchir la République, celle qui est mère protectrice de milliers de nos concitoyens nés en France et sont ses fils par le droit du sol, et qui, pour un coup symbolique de petite politique, pourront, en tant que binationaux, être l'objet des pires suspicions.

Et ceux qui ont choisi cette voie sont, soi-disant, de gauche. Ça me donne, outre la nausée, le sentiment de n'avoir plus rien à faire avec eux. Je n'ai d'ailleurs plus de chemin à suivre en leur compagnie. Moi, je reste du parti qu'a porté Jean Jaurès et qu'a rejoint Stéphane Hessel.

Hollande, Valls, et les autres qui les approuvez, bon vent, hors des voies du socialisme que vous avez renié !

Et, à tous les républicains et démocrates de chez nous et d'ailleurs, joyeuses fêtes religieuses ou païennes !

Partager cet article

Publié par Marc Vuillemot - dans Idées et politique générale

Bienvenue !

Marc VUILLEMOT
Maire (PS) de La Seyne-sur-Mer
Vice-président de l'agglo de Toulon

Je vous souhaite une agréable visite.

À propos de moi...

> Ma bio, vue par un copain...

> Ma généalogie sur geneanet

 

VILLE & BANLIEUE

 

Lien vers le site de l'association

de maires que je préside

Cliquez sur la bannière.

 

La Seyne et le "Grand Toulon"

 

Les institutions publiques

où je suis élu...

Le site de la Ville de La Seyne

 

Le site du magazine municipal

 

Le site de l'agglomération TPM